Category Évènements

Vendredi 10 mars: repas de soutien au collectif 8 juillet

La police nous a tiré dessus au flashball le soir du 8 juillet 2009 à Montreuil, alors que nous étions nombreux à manifester suite à l’expulsion de «La Clinique», un lieu d’organisation ouvert sur la ville. Parmi les six personnes blessées, cinq ont été touchées au dessus de l’épaule, précisément là où la police n’est […]

Agenda de mobilisation

Du 6 au 25 novembre 2016. Agenda de mobilisation avant et pendant le procès. Appel à venir au procès, Cantine, Réunion publique, Rassemblement, Discussion. L’agenda complet à partager, imprimer, distribuer : programme-mobilisation SOYONS NOMBREUX ET MULTIPLIONS LES INITIATIVES AUTOUR DE CE PROCÈS   Jeudi 10 novembre Réunion publique autour des enjeux du procès 18h30 – […]

PAS DE PAIX

7 ans après, 3 policiers et leurs flashballs comparaissent devant le TGI de Bobigny…

Face à l’état policier, légitime défiance

Samedi 19 mars:
Manifestation et concert contre les violences policières

L’assemblée des blessées devant une usine d’armement de la police et de la gendarmerie

Un an après la mort de Rémi Fraisse, l’Assemblée des blessés, des familles, des collectifs, contre les violences policières tiendra une conférence de presse devant l’usine d’armement Nobel Sport de Pont-de-Buis. Les mutilés au LBD se retrouveront devant les grilles de l’usine qui construit le projectile qui les a mutilés.

Concert de soutien au collectif 8 juillet, dimanche 20 septembre au Cicp

Le huit juillet 2009 à Montreuil, suite à l’expulsion d’un immeuble occupé ( La Clinique ), la police nous a tiré dessus au Flashball. Cinq personnes ont été touchées à la nuque, au front, à l’épaule et à la clavicule. L’un d’entre-nous a perdu un œil. Nous nous sommes constitués en collectif pour préparer le […]

Punk against police : tournée du collectif 8 juillet et du groupe Enfance sauvage

Octobre 2014, Rémi Fraisse est tué par une grenade lancée par un gendarme. Mai 2015, le parlement adopte la loi sur le « Renseignement » qui institue une surveillance généralisée et permanente de la population. Quelques jours après, les policiers responsables de la mort de Zyed et Bouna sont relaxés.