Catégorie Tracts et communiqués

Traquenard des BAC à Reims – Compte-rendu du procès en appel des supporters bastiais

Traquenard des BAC à Reims C’est une histoire supplémentaire au tableau d’honneur des Bacs de Reims déjà bien connus des habitants de la ville pour leur comportement, après s’en être pris aussi plusieurs fois à d’autres supporters : stéphanois, sochaliens… c’était le tour des bastiais, ce 13 février 2016 de devenir les proies de ces chasseurs […]

Témoignage du collectif 8 juillet au procès des supporters bastiais

Je suis membre du collectif 8 juillet. Le soir du 8 juillet 2009, à Montreuil, suite à l’expulsion le matin même d’un lieu occupé, la police a tiré au flash-ball sur ceux qui s’étaient rassemblés pour protester contre cette expulsion. Trois policiers ont tiré 6 balles de défense, 6 d’entre nous ont été blessés. Nous […]

Communiqué des supporters bastiais suite à leur procès en appel

Jeudi, se tenait le procès en appel des 7 supporters condamnés pour outrage et rébellion en première instance par le TGI de Reims à 2000 euros d’amendes, 2 ans d’interdiction de stade, et 150 euros de dommages et intérêt aux 17 policiers agresseurs qui s’étaient portés partie civile. Jeudi, nous pouvons dire que la défense […]

PAS DE PAIX

7 ans après, 3 policiers et leurs flashballs comparaissent devant le TGI de Bobigny…

CONDAMNÉ POUR VIOLENCES VOLONTAIRES ET FAUX ET USAGE DE FAUX : UN POLICIER PERD DEUX POINTS SUR SON PERMIS DE TUER

Dix ans au moins que nous nous faisons tirer dessus à coup de flashball et de lanceur de balles en diverses circonstances. Dix ans que s’accumulent les blessures, les mutilations irréversibles et parfois la mort.

Procès d’un « gardien de la paix » violent et fabulateur !

Le jeudi 5 mars 2015 à 13h au TGI de Bobigny aura lieu le procès du policier qui a grièvement blessé Geoffrey à l’oeil suite à un tir de LBD 40 (variante du flashball).

Le droit de manifester aboli par la préfecture ? 

Deux personnes ont été arrêtées et placées en garde-à-vue après la manifestation. Nous exigeons leur libération immédiate.