L’Assemblée des blessés ouvre la marche !

Ce texte a été lu au début de la manifestation contre les violences policières, économiques et sociales, le 21 février 2015 à Nantes par l’Assemblée des blessés, des familles, des collectifs contre les violences policières.

Nantes n’est pas simplement la capitale de la culture et de l’écologie mais aussi celle du Flash-Ball : elle détient le triste record de personnes mutilées. Quatre exactement.

Ce 21 février 2015, un an après la manifestation contre l’aéroport de NDDL, où trois personnes avaient été mutilées par la police suite à des tirs de Flash-Ball, nous sommes venus le rappeler.

Cette manifestation s’inscrit dans une semaine de mobilisation contre le Flash-Ball, contre les violences policières à laquelle participe «  l’assemblée des blessées, des familles, des collectifs contre les violences policières  ».

Cette assemblée s’est réunie une première fois à Montreuil début novembre 2014. Elle réunit des blessés et mutilés, suite à des tirs de Flash-Ball par la police, venus de toute la France.

Parmi eux  :

– Davy, blessé aux abords du stade de la Beaujoire en 2014  ;

– Yann, blessé lors de l’évacuation d’un squat à Toulouse en 2014  ;

– Emmanuel, Damien et Quentin blessés pendant la manifestation contre l’aéroport de NDDL le 22 février 2014 à Nantes  ;

– Casti, blessé aux abords du stade de la Mosson à Montpellier en 2012  ;

– Ayoub, blessé pendant une intervention policière à Audincourt en 2011  ;

– Geoffrey, blessé lors d’un blocage de lycée contre la réforme des retraites en 2010 à Montreuil  ;

– Joachim, blessé lors d’un rassemblement suite à une expulsion de squat en 2009 à Montreuil  ;

– Clément, blessé pendant la fête de la musique à Paris en 2009  ;

– Pierre, blessé dans une manifestation lycéenne contre la loi LRU à Nantes en 2007.

Depuis 2005, depuis que le Flash-Ball existe, on compte trente six mutilés ou blessés graves (recensés !)

Parmi eux, deux enfants de moins de dix ans  :

– Nassuir, 9 ans, blessé pendant une intervention policière à Mayotte en 2011,

– Daranka, 8 ans, blessé lors dune intervention policière à Corbeil-Essonnes, en 2011.

Et un mort par Flash-Ball, Mostefa, assassiné pendant une intervention policière à Marseille en 2010.

Pour toutes ces histoires la justice a été saisie.

On compte seulement une condamnation d’un policier contre 37 classements sans suite, non-lieux ou relaxes.

1 contre 37, L’impunité policière est la règle.

Notons quaprès une plainte déposée devant le Tribunal administratif, la responsabilité dun préfet a été reconnue et lEtat condamné à verser des indemnités. Dautres plaintes ont été déposées collectivement et sont en cours.

Face à cette impunité, «l’assemblée des blessés, des familles, et des collectifs contre les violences policières» a pour objectif de :

– Soutenir les personnes blessées par la police.

– Partager et diffuser nos expériences en matière médicale, juridique, médiatique et politique.

– Lancer des initiatives communes.

– Se soutenir mutuellement lors des procès.

– Participer aux luttes en cours.

Pour nous, qu’est-ce que le Flash-Ball et sa nouvelle version, le lanceur de balle de défense (LBD 40)?

-> Une arme de terreur.

Sa devise est «en blesser un pour terroriser tous les autres».

-> Une arme mutilante.

Si le Flash-Ball tue rarement, il mutile très souvent. C’est en tant que tel qu’il doit-être interdit.

-> Une arme punitive.

Dans bien des cas, le Flash-Ball est utilisé comme une arme punitive.

Une punition extrajudiciaire infligée par la police à ceux qui se révoltent, à ceux qui osent emprunter d’autres formes de vie, etc.

Enfin, on peut finir par ce que le Flash-Ball n’est pas, contrairement à ce que disent les fabricants d’armes et la préfecture :

le Flash-Ball ne se substitue pas à l’arme de service.

– Il ne réduit pas le nombre de personnes tuées par la police.

– Les policiers continuent d’utiliser leurs armes de service.

Les policiers continuent de tuer : de 2000 à 2014, on compte 127 personnes tuées par la police.

Là encore, l’impunité est la règle.

Le Flash-Ball ne se substitue pas à l’arme de service mais bien plutôt à la matraque. En ce sens, il augmente considérablement la violence de la police.

Cette violence (la mort de Rémi Fraisse, les événements de Ferguson entre autres) lavait remise sur le devant de la scène.

Les attentats de ce début d’année risquent de recouvrir une légitime défiance envers des institutions de plus en plus violentes et faire passer les victimes de la police pour des dégâts collatéraux de la guerre au terrorisme.

Ces derniers mois, combien de manifestations interdites, combien darrestations préventives?

LEtat français a beau se présenter comme « le grand défenseur des libertés publiques », il ne se passe pas un jour sans quil les remette en cause.

Habitants des banlieues, manifestants, grévistes, zadistes, lycéens, étudiants, migrants, supporters de football Ultras” : nous sommes de plus en plus nombreux à subir la violence de la police et limpunité qui laccompagne.

Nous ne nous laisserons pas gouverner par la peur.

Cest ensemble que nous allons faire face à la militarisation de la police et sa violence, aux mensonges de la préfecture relayés par les médias, au mépris des politiques, à limpunité quasi-systématique accordée aux policiers par la justice.

Nous le prouvons aujourd’hui par notre présence.

Des collectifs et des blessés au Flash-Ball sont venus de toutes la France pour manifester à Nantes où Pierre, Quentin, Damien, Emmanuel, Davy ont été mutilés par la police.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :