Le 9ème Collectif des sans-papiers, le NPA, les Verts, la FA, les collectifs AC!, le Comité Chiapas, RESF, l’Union syndicale Solidaires, dénoncent les violences policières à Montreuil

Communiqué du 9ème collectif des sans-papiers:

Le 9ème Collectif des sans-papiers dénonce les violences policières à Montreuil à la suite de l’expulsion du lieu La Clinique, les tirs à bout portant à la tête de flashball sur les manifestants qui ont causé la perte d’un œil à un camarade, les blessures, les arrestations et les gardes à vue qui ont suivi.

La police franchit une étape de criminalisation et de répression des mouvements.

Nous appelons toutes les forces éprises de justice à dénoncer ce qui s’est passé et à exiger des poursuites contre les responsables de cet acte odieux, et que l’utilisation de ces armes soient interdites.

9ème Collectif des sans-papiers

Communiqué des Verts de Montreuil :

Un jeune homme à Montreuil a perdu un œil à la suite d’un tir de « flash-ball ».

Les squatteurs de la « Clinique » expulsés le matin même avaient organisé le soir du mercredi 8 juillet un pic-nic de protestation à la Croix de Chavaux. Ont-ils attaqué la police à coup de brochettes et de merguez ? Ont-ils dévasté les abribus et les vitrines et brûlé les poubelles ? Rien de tout cela. Ils ont tendu des banderoles et distribué des tracts. Et certains d’entre eux se sont dirigés vers la Clinique en signe de protestation.

La police peut-elle justifier le fait de défigurer à vie un homme par le seul fait de la présence d’une cinquantaine de manifestants débonnaires déambulant à la Croix de Chavaux ?

Si les policiers chargés du maniement des flash-ball ne savent pas se maîtriser, il faut les leur retirer.

Les Verts de Montreuil s’élèvent contre l’utilisation de plus en plus fréquente et sans discernement des flash-ball, tasers, et autres bombes lacrymogènes par la police contre les jeunes de nos quartiers.

Les Verts de Montreuil exigent qu’une enquête soit ouverte sur les événements du 8 juillet 2009 et que les coupables de violences soient sanctionnés.

Montreuil le 9 juillet 2009

Communiqué du NPA:

Mercredi 8 juillet, à 6 heures du matin, l’ancienne clinique située au 42 boulevard de Chanzy à Montreuil, occupée depuis janvier par un collectif militant pour le droit au logement, a été évacuée à l’aide d’un déploiement de forces démesurées. Ce ne sont pas moins de 200 CRS ainsi qu’une brigade du RAID (police d’élite utilisée généralement pour les actions anti-terroristes) qui ont été dépêchés pour l’occasion, quadrillant le quartier jusque tard dans la nuit. A 19 heures le même jour était fixé un rendez vous pour un pique-nique festif en soutien aux expulsés de la clinique et afin d’informer la population locale. La police encore présente en nombre sur les lieux, harcelant les manifestants, a chargé le regroupement sans raison apparente.

Résultat de l’opération :

– une personne gravement blessée par un tir de flash-ball à la tête est aujourd’hui à l’hôpital et risque de perdre un œil ;

– trois personnes sont encore, à ce jour, en garde à vue.

Le NPA Montreuil tient à dénoncer la démesure des moyens policiers utilisés pour l’évacuation du squat, ainsi que la répression violente du mouvement de protestation organisé dans la soirée.

Nous rappelons que le NPA est solidaire des réquisitions de logements ou locaux vides à caractère privé et dénonce activement la spéculation immobilière et ceux qui l’alimentent. Dans ce cadre le NPA demande un plan de construction de 1,5 millions de logements sociaux de qualité supplémentaires.

Le NPA tient également à dénoncer l’utilisation actuelle du flash ball par les forces de police, avec des tirs de plus en plus fréquents au niveau de la tête. Une utilisation pourtant interdite. Les nombreuses bavures liées à l’usage de telles armes appelle leur interdiction.

Nous tenons également à exprimer notre solidarité au camarade hospitalisé après l’intervention de la police et de la Bac locale. Le NPA de Montreuil exigent qu’une enquête soit ouverte sur la bavure dont il est victime et que les coupables de ces violences inacceptables soient sanctionnés.

Les comités NPA de Montreuil

Communiqué de la Fédération anarchiste:

Mardi matin, la police expulsait violemment les habitants de La Clinique lieu autogéré et alternatif de Montreuil existant depuis plusieurs mois. En plus d’être le logement de plusieurs personnes ce lieu accueillait des concerts, des tables de presse, des permanences juridiques pour mal logés… Lundi soir les squatteurs organisaient un rassemblement pour protester contre cette expulsion. Alors qu’ils manifestaient, la police montreuilloise, dont la brutalité n’est plus à prouver, chargeait et dispersait violemment la manifestation à coup de tirs de flash ball. Un camarade atteint par un tir de flash ball à la tête a été très sérieusement blessé. Trois personnes ont été placées en garde à vue.

La Fédération Anarchiste s’insurge contre ces pratiques policières de plus en plus fréquentes et banales, toujours dirigées contre les classes populaires. La Fédération Anarchiste exige la libération des gardés à vue et leurs apporte son soutien ainsi qu’au camarade blessé.

La Fédération Anarchiste s’oppose et s’opposera toujours aux méthodes de la police, qu’elles quelles soient.

Police partout, justice nulle part. Policiers hors de nos quartiers !

Solidarité avec les victimes de la répression policière à Montreuil !

Communiqué de presse d’AC!

Les Collectifs d’AC! (Agir ensemble contre le Chômage) condamnent vigoureusement les violences policières qui ont accompagné l’expulsion de la Clinique, -immeuble occupé à Montreuil-, et qui ont entraîné pour un jeune homme la perte d’un oeil suite à un tir tendu de flash ball visant le visage.

Nous demandons l’interdiction totale de ces armes qui ont déjà causé des invalidités définitives et la condamnation de l’auteur du tir.

Nous sommes solidaires des occupants expulsés et de leurs soutiens.

AC !, St Dier d’Auvergne – 12 juillet 2009

Communiqué du Comité de Solidarité avec les peuples du Chiapas en Lutte:

Le Comité de Solidarité avec les peuples du Chiapas en Lutte, crée en 1995 pour porter le feu et la parole des insurgés et communautés zapatistes et plus largement des luttes sociales au Mexique, a continuellement fait le lien entre ceux qui luttent ici et là-bas, radicalement, contre le système capitaliste. Engagés à soutenir toutes les luttes d’autonomie et de projets autogestionnaires, il nous semble fondamental de nous positionner face à l’expulsion du lieu occupé « la Clinique » à Montreuil et les violences policières qui ont suivi. Pour nous, « la Clinique » était un exemple de construction d’espaces communautaires pour tous les sans voix et les sans droits ou se mêlaient projets de vie, de luttes et d’organisation politique, en dehors des partis.

Ce lieu était tellement important car il se voulait un centre social autogéré dans un quartier populaire de la périphérie de Paris. Comme toujours, l’Etat et sa police ont décidé de détruire cette expérience concrète de résistance et de construction d’un autre futur. Ils l’ont fait avec une violence extrême. Les mercenaires de la police ont délibérément blessés plusieurs habitants de « la clinique » et leurs soutiens du quartier. L’un de nos camarades a perdu un oeil visé à la tête par un policier avec son flash-ball.

Ce camarade fait notamment partie de la Parole Errante, située également à Montreuil, espace culturel qui a toujours ouvert ses portes pour des initiatives en solidarité avec les zapatistes, les gens d’Atenco et plus largement aux différents luttes.

La violence dont a fait preuve une fois de plus la police à Montreuil n’est pas une bavure de plus: elle vise ici comme au Mexique ou ailleurs à dissuader les gens de reprendre en main leur vie et les territoires qu’ils occupent que ce soit celui de leur ville, de leur rue ou de leur communauté.

D’Atenco au Chiapas, de Montreuil à Tarnac, de la Guadeloupe au Pérou, de Toronto à Oaxaca, la police et l’armée sont à pied d’oeuvre pour défendre l’Etat et ses valets.

Aux côtés de ceux qui luttent à Montreuil et ailleurs, nous continuerons à défendre nos territoires de vie et de résistance face aux gouvernants et aux exploiteurs.

Police hors de nos quartiers ! Solidarité et résistance !

Le Comité de Solidarité avec les Peuples du Chiapas en Lutte, http://cspcl.ouvaton.org

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :